Cloud #3: où mettre le serveur web?

Par défaut

J’ai pris pas mal de temps pour tester les clouds dédiés à l’hébergement et plus particulièrement ceux de Amazon, OVH, Gandi pour les clouds “brut de fonderie” mais aussi Heroku et Engine Yard pour les clouds orientés Ruby on Rails. On va parler ici des clouds “brut”, on reviendra une autre fois sur les clouds spécifiques.

Concernant le cloud OVH, j’ai rapidement lâché l’affaire: les instances sont très peu personnalisable mais comme ils le disent eux-même leur cloud est plutôt orienté tests et développement: la doc est très pauvre, pas d’API visible, aucune options pour dimensionner une instance (seule la mémoire peut être augmentée). Par contre, pour faire des tests, c’est clairement une très bonne solution, car une instance de base coute 0.01E HT/heure, soit 7.2EHT/mois et les instances ont une spécificité intéressante: la mémoire swap utilise des disques SSD, ce qui fait que les machines ralentissent peu lorsqu’elles surconsomme de la mémoire. Si vous voulez vraiment faire du cloud chez OVH, il faut alors passer sur ce qu’ils appellent le “Private Cloud”, qui si j’ai bien compris est finalement une surcouche VMWare installée sur un ou plusieurs serveurs classique d’OVH mais j’ai pas poussé plus loin, car le ticket d’entrée est elevé (on commence à 200E HT/mois), et cela me semble plutôt être une offre dédié aux grosses PME ou aux revendeurs d’espace d’hébergement qui utilisent OVH pour leur infra et veulent fabriquer leur propre mini-datacenter.

On passe maintenant à Amazon EC2 et la c’est l’artillerie lourde: un choix correct d’instances, pléthore d’images disques pour installer les instances, une API au petits oignons et des librairies dans un peu tout les langages pour administrer tout cela. Par contre côté prix, même si tout est transparent il est difficile de se faire une idée du cout réel mensuel d’une instance. Cependant d’après ce que j’ai pu lire mais aussi constater par moi-même, en règle générale, la partie stockage et BP représente un coût équivalent à environ 20% du coût de l’instance. Donc si on prend une instance de type “small” (1 ECU, 1.7Go de RAM), qui coute environ 68$/mois, vous devrez ajouter à ce prix environ 14$ pour avoir une estimation correcte du coût de votre instance, soit au final 82$/mois. Personnellement je trouve que ce n’est pas donné vu les caractéristiques de l’instance. Les prix augmentent ensuite très vite si vous faites une architecture propre avec frontal web, BDD et serveur applicatif/cron puisqu’il vous faudra au grand minimum 3 instances “small”. C’est pour cela que je vous présente maintenant mon chouchou, le cloud de Gandi 😉

cloud gandi.pngChez Gandi, on achète des parts, qui représentent un ensemble de ressources (mémoire, CPU, adresse ip, BP, stockage) et ensuite on fabrique comme on le souhaite des instances à partir de ces parts, en modulant comme ont veut les ressources. Ainsi avec 82$ a dépenser (si on était allé prendre une machine de base chez Amazon EC2), soit environ 60E, on peut acheter chez Gandi 5 parts a 12E HT/part, et avec 5 parts on peut créer directement une infrastructure très propre, en créant 1 frontal web avec 1 part, 1 serveur applicatif avec 1 part, et un serveur de BDD avec 2 parts. La dernière part peut alors servir à mettre un peu plus de mémoire sur le frontal et/ou le serveur applicatif, le CPU non utilisé peut être affecté à la BDD, et la BP répartie sur les 3 machines. Enfin, on peut aussi acheter a l’unité de la mémoire supplémentaire ou des CPUs supplémentaires. Bref, la solution de Gandi est non seulement ultra souple, mais en plus les couts sont connus d’avances puisque toute est forfaitisé.

Les autres avantages de passer par Gandi:

* on dispose d’adresses ip françaises, et depuis peu on peut aussi héberger des instances dans un datacenter aux US et donc avoir des ips US si nécessaire
* les backups sont facilités puisque tout se fait en stockant les données sur un disque spécial de backup monté sur le serveur: dans sa forme la plus basique, un simple “cp” suffit pour faire des backups. Mais je vous recommande plutôt d’utiliser un truc tel que rsnapshot
* la mise à jour des ressources (ajout/retrait de RAM, CPU, BP) se fait en live: pas de reboot nécessaire.

Enfin, la killer fonctionnalité pour moi chez Gandi, c’est la scalibilité verticale automatique. Je m’explique: chez Amazon (ainsi que chez la plupart des vendeurs de cloud), si vous devez affronter un pic de trafic, soit vous rajoutez des serveurs (scalabilité horizontale), soit vous changez la puissance de votre instance pour disposer de plus de ressources (scalabilité verticale) mais dans un cas comme dans l’autre, cela passe généralement par de la configuration et/ou des reboots et surtout c’est manuel.

Maintenant chez Gandi, une interface web vous permet de définir des règles du type “Si mon instance consomme 100% de CPU depuis 20 minutes, alors ajouter 1 part d’hébergement” ou encore “Si mon serveur dort depuis 1 heure alors retirer 1 CPU”, etc… Autrement dit, si vous avez pris le temps de configurer ces règles de scalabilité, vous pouvez aller manger au resto tranquille, vos serveurs ne s’écrouleront pas face à un afflux temporaire de visiteurs: ils “grossiront” le temps nécessaire, pendant que vous continuez à savourer tranquillement ce si bon bordeaux que vous affectionnez tant 🙂 Et lorsque le pic d’affluence se termine, vos serveurs reviennent à leur taille initiale, et bien entendu, vous payez cette puissance supplémentaire au nombre d’heures consommées.
Ce truc, c’est un luxe que n’importe quel admin système saura apprécier à sa juste valeur !

Voila, donc j’ai passé 1 mois à tester et à tout migrer sur Gandi: il ne reste que mon site de replay des chaines télé qui est encore sur un serveur dédié OVH payé d’avance, mais qui migrera prochainement chez Gandi. Mais vous l’aurez compris par vous-même, je vous recommande chaudement Gandi pour vos besoins de cloud 😉

Au final mes coûts d’hébergements sont à peine plus élevés que lorsque j’étais chez OVH, mais avec par contre une souplesse et une garantie de disponibilité de mes serveurs incomparable: ce n’est pas qu’OVH soit mauvais, loin de la, c’est juste que le cloud apporte des garanties et des fonctionnalités qu’un simple serveur dédié ne peut pas proposer. Et la conséquence de tout cela, c’est que maintenant, je dors bien mieux la nuit 😉

Enfin, on me rappelle dans l’oreillette que vous pouvez demander à Gandi à tester leur offre de cloud gratuitement, donc n’hésitez pas à vous faire une idée par vous même 😉

Voila, si vous avez des remarques, si vous avez trouvé un hébergement de type cloud encore mieux, si vous en avez marre que je parle du cloud, exprimez vous: je suis impatient de lire vos remarques ou vos retours d’expériences 😉

Cet article fait parti d’une série d’articles sur des cas concrets d’utilisation du cloud.

  • Gandi est intéressant en effet, mais si on a besoin de faire tourner un serveur Windows pour le backend applicatif ce n’est pas possible. Or une instance Amazon EC2 le peut.

    Pour le taff j’utilise 2 serveurs physique chez OVH sur lesquels 2 hyperviseur KVM hébergent des VM Linux et Windows. Ce n’est pas aussi souple que chez Gandi mais je suis indépendant d’OVH car je peux migrer mes VM KVM chez un autre prestataire, ce qui n’est pas possible chez Gandi.

  • Private Cloud n’est pas une offre cloud mais une offre de solution de cloud, c’est à dire que cette permet de créer sa propre infrastructure cloud en commandant des serveurs et du stockage.
    Le principal avantage des solution WMWare ESXI est ainsi de pouvoir déplacer à la volée ou automatique par exemple en cas de défaillance d’un hoste ou d’une montée en charge d’une des machines virtuelles.
    L’offre bien que moins abordable permet de maitriser totalement son infrastructure mais il est évident que des offres de location de machines virtuelles haute disponibilité vont certainement voir le jour dans les mois qui viennent (comme va le proposer Demarcq.net^^)

  • @fredix effectivement pas de windows, mais j’y connais rien en hébergement windows donc je peux pas en parler 😉 Par contre, migrer des VM c’est pas mon truc: j’y reviendrais mais je scripte via Chef toutes les installations de serveur ce qui fait que je suis toujours en mesure de reinstaller et/ou deployer des serveur très vite “from scratch” (1 commande a lancer et pas plus de quelques minutes pour tout réinstaller)… Question de préférences surement 😉

    @demarcq, ok c’est plus clair parce que c’est vrai que OVH, la doc c’est pas forcément leur point fort donc pas toujours évident de comprendre leurs offres 😉

  • Sylvain

    Merci encore pour ces retours d’expérience !

    Du coup, vu la fin du billet, j’en déduis que Gandi a gagné sur les solutions de cloud spécialisées Ruby on Rails (heroku and co) ?

  • @Sylvain, je compte faire un article sur le sujet … Gandi a gagné pour le cas “général”, mais pour des cas spécifiques, les clouds spécialisés sont intéressants 😉

  • Sylvain

    Tout n’est pas tout noir ou tout blanc donc 😉 J’attendrai patiemment l’article sur les acteurs spécialisés alors.

  • Riges

    Pas mal comme article, ca va bien dans l’idée que tu ‘mas donné sur Twitter.

    Sinon pour la “scalibilité verticale automatique” tu trovues sa ou ? j’ai trouvé Flex a des horaires/dates mais pas “20% du proc” and co, sinon peux être par api 🙂

  • Article très intéressant, merci pour ton retour d’expérience.

    J’ai aussi ma préférence pour Gandi, à condition d’avoir besoin d’un hébergement cloud. Pour les serveurs classique je suis en mutu chez OVH. Comme ça pas besoin de gérer l’administration de la machine. ^^

    Pierre

  • Riges

    Bon en fais j’ai trouvé, c’est via le monitoring, après faut pas se planter car la Gandi Flex coûte plus chère, et si tu as mal prévu tes règles, sa risque de se déclencher trop tard

  • Comment gères-tu (mais peut-être cela ne t’es jamais arrivé) où il n’y aurait plus de part disponible ?

    J’imagine (en fonction du type de service) qu’au moment où tu as besoin d’un maximum de part c’est ‘loi de Murphy’ oblige le moment où tout le monde en as besoin.

    Maintenant peut-être que cela est très bien dimensionné en face.

  • @Riges: oui c’est bien via le monitoring que tu actives les parts flex en fonction de la charge … C’est vrai que l’interface pourrait l’indiquer dans l’option flex vers laquelle on se tourne naturellement 😉

    @Pierre, heuuu oui la les articles sont pas vraiment destiné à l’hébergement d’un blog, ce serait ecraser une fourmis avec un bulldozer … Ya pas que l’hébergement de blog dans la vie 😉

    @Jeremy: c’est jamais arrivé … On peut raisonnablement penser que les stocks machines de Gandi sont dimensionnés en conséquence pour être capable de répondre à la demande. Si ce n’était pas le cas, cela ce verrait car il y aurait des gens qui ralent sur le net, et je n’ai rien vu de tel 😉

  • Riges

    Tien au fais @olivier question qui pourrais aller avec S3 :

    Tu as trouvé une solution pour envoyer tes files upload WordPRess vers S3 ? (voir même faire en sorte que sa marche pour les multi site :))

  • @Riges, il y a 2 plugins qui existent pour WordPress:

    * wordpress.org/exte…d/plugins/tantan-s3/ : upload directement les fichiers et les vignettes sur S3 a la volée d’après ce que j’ai vu
    * wordpress.org/exte…xtend/plugins/wp-s3/: copie vers S3 via une tache cron puis modifie a la volée les urls pour délivrer le contenu depuis S3

    Mais je n’ai pas testé

  • Riges

    @Olivier tu fais comment alors pour veilleperso ? tu fais sa à la main par script ? ou il utilise pas ton article 1 sur S3 ? 🙂

  • @Riges

    Les images du blogs ne sont pas sur S3: c’est sur mes sites au trafic conséquent que j’utilise S3, ou encore sur un site comme MonAE, ou des clients payent pour avoir un service de qualité.
    Veilleperso n’est pas un gros site (a peine 220 000 PV/mois), utilise peu d’images, et personne ne paye pour quoi que ce soit, c’est juste un blog personnel, donc je ne cherche pas à l’optimiser plus que cela 😉

  • quentin

    J’ai utilisé OVH et Gandi comme fournisseur avec de nombreux clients hébergés ces dernières années.

    J’aime bcp Gandi, mais le moins qu’on puisse dire, c’est que Gandi n’a pas la même infrastructure qu’OVH !

    Gandi ça doit être à tout péter qqles baies de serveurs contre au moins 4 datacenters remplis pour OVH !?
    Et la comparaison du routage (capacité, liens de peerings, etc.) est TRÉS en faveur des nordistes.

    Tout ça pour dire qu’OVH est quand même au dessus que ce soit au niveau matériel ou concernant la qualité de leur réseau.
    Leur offre Cloud est pas encore terminée mais d’ici qqles semaines ça devrait devenir intéressant 😉

  • @quentin tu es hors sujet et la qualité d’un hébergeur ne se mesure pas à la taille de son kiki 😉
    J’ai juste fait remarquer qu’au niveau cloud, leur offre est quasi inexistante: c’est un fait incontestable.

  • quentin

    La connectivité réseau pour du cloud c’est hors sujet… T’en es bien sur ?

    Je pense plutôt que c’est un des points centraux, car LA problématique du Cloud c’est la disponibilité des services :
    1. Disponibilité matérielle (énergie, hardware)
    2. Disponibilité du réseau
    3. Disponibilité logicielle (serveur web, sql, …)

    un hébergeur qui dispose de ses propres liaisons en fibre optique, de multiples routeurs taille XXXL, d’un réseau en 10Gbps, c’est loin d’être un argument “négligeable”.
    L’archi réseau de Gandi est pas mal du tout, mais ça reste moins robuste que chez ovh (surtout concernant leur capacité à “encaissser” des attaques)
    ex : gandi.net/news/fr/…u_cette_nuit_resolu/).

    Concernant l’énergie :
    Qu’est ce qui se passe quand ya une coupure d’électricité chez Gandi ?
    ==> TOUS les serveurs virtuels sont downs et ça mets 5 plombes à remonter !
    ex :
    gandi.net/news/fr/…trique_sur_une_baie/
    gandi.net/news/fr/…ibilite_hebergement/

    ce genre de chose arrive quand ton hébergeur maitrise pas toute la chaine “énergie” de ses serveurs (je parle pas forcément de gandi, c’est valable pour d’autres évidemment).

    Autre exemple : La future offre de cloud chez ovh sera mise en place sur des serveurs avec un double réseau électrique (2 alims sur 2 réseau élec différents), leur challenge c’est d’arriver à 100% de disponibilité.
    Ce genre de performance, tu peux pas y arriver si tu es un petit, car il faut tout maitriser dans ton architecture et ça coute très cher.

    Tout ça pour dire : oui la taille, ça compte ! ^_^

    PS : non je ne suis pas sponsorisé par OVH :-p

  • @quentin, ce qui est hors sujet c’est juste de vouloir a tout prix comparer de l’hébergement “classique” à de l’hébergement cloud.
    Ce qui est un fait, c’est qu’à leur actuelle OVH ne propose pas de solution de cloud comparable à un Amazon EC2 ou à Gandi Flex.

    Le jour ou OVH aura une véritable offre de cloud, on en reparlera mais comparer une future potentielle offre aux offres actuelles n’a pas beaucoup de sens.

    Ceci étant dit, il ne sert à rien de prendre la mouche, je ne critique pas OVH, j’ai utilisé leurs serveurs dédiés pendant des années avec satisfaction.

  • quentin

    bah un peu de passion, ça fait pas de mal 😉

  • Pingback: MIGRER VERS LE CLOUD AVEC DES CAS CONCRETS()

  • Pour Amazon, on peut passer par les reserved instance. On paye une fois plus, mais ensuite lissé sur un an cela me revient à 30€/mois.

    J’espère que le désengagement avec le CB se passera mieux que chez Mozy 😉

  • Jean-Francois

    L’offre OVH s’est-elle améliorée depuis cet article ?
    comparé à Gandi et Amazon EC2

    y a-t-il de nouveaux acteurs à regarder ?

    Merci !